Festival du goût de la musique, la musique de chambre à l'honneur


  • Pierre Lenert s'est entouré de musiciens de qualité.
    Pierre Lenert s'est entouré de musiciens de qualité.

C'est sur un joyeux « bon appétit » lancé par les musiciens à la fin du morceau composé par Michiru Oshima, que s'est clos, samedi, le premier festival Le goût de la musique. Une centaine de spectateurs se sont réunis aux deux premières soirées, près de 150 à la troisième. « Le public croissant, et les commentaires sur le site Internet (www.goutdelamusique.fr) montrent qu'il y a une demande pour la musique de chambre, souligne Pierre Lenert, altiste à l'opéra de Paris, et directeur artistique du festival. Les musiciens étaient ravis d'être ici, ce fut une belle aventure humaine et musicale ».


Un concert consacré en partie au cor, instrument rarement mis en avant, La Truite de Schubert fort enlevée, et des pièces composées par Michiru Oshima, venue tout exprès du Japon, ont fait partie des temps forts. « C'est une compositrice que j'avais envie de faire découvrir, une chance de travailler avec un compositeur vivant », ajoute Pierre Lenert.


Le théâtre de verdure du jardin Dumaine a servi d'écrin à deux concerts, le troisième étant donné de façon plus classique, au théâtre Millandy. « Le théâtre de verdure est un beau cadre qui sonne bien. Il y aurait d'autres endroits du jardin qui se prêteraient bien à la musique de chambre. Jouer en plein air rapproche du public, crée des rapports humains ». Un challenge pas facile pour les musiciens, mais toujours très agréable pour le public, et qui, avec la gratuité, permet de faire goûter la musique à des publics multiples.

 

Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale